3 connexions pour toutes les situations:

Commençons par les connexions proposées par la Ironclaw et clairement on est bien servi. Il y a bien sûr le filaire avec un câble d’une longueur de 1,8 m,  mais surtout totalement sans-fil, la souris intègre la technologie Slipstream de Corsair qui assure une connexion ultra-rapide inférieure à 1 ms en branchant simplement le récepteur USB pour une connexion en 2,4 GHz. Vous pourrez également connecter votre souris en Bluetooth si vous avez oublié le récepteur USB ou bien le câble. Les 3 connexions sont vraiment ultra réactives et performantes, même en bluetooth ; néanmoins vous devrez passer en filaire ou en sans fil(avec le récepteur USB) pour avoir la meilleure des réactivités. Pour information, la Ironclaw propose une belle autonomie jusqu’à 50 heures .

Une souris qui a de la gueule:

Niveau esthétique, la Ironclaw est plutôt jolie, avec ses matériaux de bonnes qualités et son style très gamer. Mais vous savez que ce genre de souris ne peut vous faire gagner des parties de Overwatch que grâce à une particularité qui est obligatoire pour être un vrai gamer hardcore ultra compétitif, le RGB (non, je n’en fais pas trop). Cette souris a donc 3 sources de lumière, une sur le dessus avec le sigle de Corsair, une au niveau de la molette et deux sur le devant (ainsi encore une sur la gauche mais qui n’est là que pour donner des infos sur la config). Il est tout à fait possible de les personnaliser, mais forcer de reconnaître que les leds ne sont pas suffisamment puissantes pour qu’on remarque le RGB au point que la lumière de devant ne sert strictement à rien. C’est dommage.

Et la prise en main:

Si je peux vous donner un conseil avant de l’acheter, c’est vraiment de l’essayer, car clairement la Corsair Ironclaw Wireless RGB n’est pas faite pour tout le monde. Elle est plutôt grosse et lourde et ne convient donc pas aux petites mains ni aux petits bras. la tenue est clairement claw grip, une tenue de main si vous voulez pouvoir accéder à l’ensemble des boutons. Personnellement, il m’a fallu pas mal de temps pour m’habituer à la position des mains que je ne trouve pas évidente au début. La molette est par contre un peu légère et pourrait sûrement un peu déranger les hardcores gamers, même si ce n’est pas mon cas. Pour les gamers d’ailleurs qui veulent vraiment un réglage aux petits oignons, la souris sans-fil Ironclaw s’adjoint d’un capteur optique PixArt PMW3391 d’une résolution maximale de 18 000 dpi, réglable au dpi près, et ça, ça fait plaisir.

Le logiciel qui va bien:

Pour finir on va parler rapidement du logiciel de Corsair Icue, qui permet de faire tout et n’importe quoi avec cette souris, du réglage des couleurs, au profil, en passant par les macros. Une référence en la matière même si je trouve que ça fait trop usine à gaz. Je reprocherai aussi à Icue une indication du niveau de la batterie trop large, à coup de « haut », « moyen »et « bas », vraiment pas précis.

Qualités

le prix

le logiciel Icue

le touché

la configuration

les raccourcis

le nombre de connexions

Défauts

la molette n’accroche pas suffisamment

lourde

grosse

l’indication de batterie

le RGB

Bilan:

Vendu au alentour de 60 euros, la Corsair Ironclaw Wireless RGB est un rapport qualité prix imbattable. Belle, efficace, wireless et RGB, il n’a vraiment aucun concurrent sérieux avec ce prix là. Néanmoins il ne correspondra pas à tout le monde à cause de sa taille et de son poids. Sa molette pourrait aussi déranger un peu les hardcores gamers. Mais honnêtement à ce prix là, on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et (censured).

sur 5 étoiles
nanou
correctrice

En cours de formation développeuse Web et Web Mobile
Création de sites vitrines
#developpeuseweb
#html5 #css3 #javascript #python #rstudio
#sitewebwww.nanoudevweb.fr

twitterinstagram